Apprendre à vivre avec soi même

Chose ardue dans notre société moderne. Constamment sollicités par le monde extérieur, nous avons souvent du mal à se connecter à soi même. A se retrouver. Combien de moments dans la journée passez vous avec vous même, et seulement avec vous même ? Vous direz souvent : je n’ai pas le temps pour ça… Mais y a t’il quelque chose de réellement plus important que cela.

Accueillir le calme

Savoir vivre avec soi même, qu’est ce que cela veut dire ? Cela veut dire que vous n’avez besoin d‘aucune compagnie, d’aucun stimuli, aucune source extérieure pour être bien. Vous êtes satisfait de votre seule présence

Beaucoup de personnes ne savent pas rester seules chez elle par exemple, ou ne savent pas exercer une activité sans l’aide de quelqu’un. Il n’y a pas ici de jugement. Il s’agit simplement d’un constat. Ce qu’il est important de comprendre, c’est que nous sommes venus sur cette Terre avec une personne avec laquelle nous resterons, pour sûr, toute notre vie. Il s’agit de nous même. La première des choses à mettre en place est de se sentir en harmonie avec cette personne là. Bien avant la famille ou les amis.

Notre propre personne doit être comprise, on doit dialoguer avec soi même, chercher à comprendre pourquoi nous réagissons de telle ou telle manière. Pourquoi nous ressentons telle émotion, tel sentiment ? Quel est le but que nous recherchons en agissant ainsi… etc Tous ces questionnements ne peuvent pas se poser lorsque vous êtes dans la tourmente de la vie, entraînés dans la spirale de l’activité. Pour vous connaître en profondeur, il faut du calme et de l’immobilité

Méditer

Bouddha raconte qu’il médite chaque jour 4h le matin avant de commencer sa journée. Un homme lui demande alors  éberlué: « Mais vous perdez chaque jour, 4h de votre matinée, rien qu’en restant assis à ne rien faire ? » Bouddha lui répond alors : « C’est en méditant 4h que je gagne ainsi plusieurs heures pour tout le reste de ma journée. »

Y comprendre ici que la méditation permet de prendre de la distance sur les situations que nous vivons, de déceler l’importance de certains choses, de clarifier ses émotions, les comprendre, anticiper des évènements, en visualiser d’autres et ainsi les amener à se produire… La méditation est source de miracles. (Cf l’article sur mes 3 chaînes  Youtube de yoga préférées « Pratiquer le yoga gratuitement, oui mais comment? », où vous trouverez de nombreuses séances de méditation guidée).

Malheureusement, quelqu’un qui ne prendra jamais le temps de s’y adonner ne comprendra pas cela. Lui pensera plutôt que la vie est dans l’action, sans jamais s’arrêter, toujours sortir et voir du monde. Peut être pour fuir ces moments d’introspection justement ? 

La vie est équilibre

Lorsque je me demande ce qu’est le but de la vie, je pense souvent aux moines bouddhistes, passant leurs journées à méditer dans les temples zen. Puis je vois notre société moderne, remplie d’humains courant dans tous les sens, planifiant un nombre incalculable de choses à faire dans la journée, même parfois sur plusieurs mois. Et je me demande : la vie est elle faite pour être vécue à 100% dans l’action ? Dois je faire le maximum de choses avant de mourir, voir le maximum d’endroits sur cette Terre, connaître le maximum… Ou bien dois je être dans la méditation permanente, tester de comprendre le divin, l’Univers, de me comprendre moi même. Ma vie est elle faite pour cela ? Je pense que la vie est un équilibre et qu’action ne fonctionne pas sans repos. Une action permanente sans calme, et prise de temps pour soi, ne sera pas une action bénéfique. L’inverse peut il être vrai ?

Notre société moderne nous pousse à l’action permanente pour nous éviter de penser. Tout est programmé ainsi : la télévision est là pour ça, le bruit permanent existant, la radio, les Klaxons de voiture, les publicités affichées en 4×3 dans les rues attirent notre attention et la portent sur des produits de la consommation. Il pourrait y avoir des panneaux publicitaires « ARRETEZ VOUS QUELQUES SECONDES, PRENEZ LE TEMPS DE RESPIRER ET D’ACCUEILLIR LE MONDE QUI VOUS ENTOURE » ou « LA VIE EST BELLE »… C’est beau de rêver.

Je ne suis pas le corps

Il est donc primordial d’apprendre à être en paix avec soi même, et se satisfaire de sa propre compagnie. Pour ma part, j’aime être seule. Je me parle à moi même, souvent à haute voix, je m’observe, et tente de comprendre mes réactions aux différentes situations que je rencontre.

Nous sommes venus sur cette Terre en choisissant ce corps. J’ai choisi le corps que j’ai aujourd’hui. Et je vivrai avec lui jusqu’à la fin de ma vie. Lorsqu’on apprend à se détacher du « je », que l’on se désidentifie du corps que l’on a, que l’on comprend que nous sommes bien plus que cela, il est plus facile de passer du temps seul. Car on ne se sent plus seul, mais en compagnie de ce corps. Et il y a là un échange entre le « je » que je suis en tant que « corps physique », et mon âme. Le corps physique est mortel; l’âme, elle, est éternelle. 

En y prêtant attention, je perçois les comportements inconscients que je peux avoir en tant que « je », que mon « soi » ne conçoit pas du tout. C’est là tout le début d’un long travail qui mènera à aligner parfaitement le « soi » de mon âme avec le « je » que je suis dans cette vie. En quelque sorte, le travail d’une vie…


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s